vers le haut de page

 
 

aile arrière enfin assemblée (la perspective lui donne une allure bizzare ..

Et l'aile avant

Le garage est maintenant trop petit pour tout déplier .

 

 
Les extrémités repliables (cette page )Les parties centrales


 

 
longerons arrière avant

découpe polystyrène
Méthode Alexandre Guillerd

Méthode exposée sur pouguide

Montage des nervureslasureCollage des âmes
cloisons 1 2Problèmes de charnières à suivreCalage des nervures/vrillagearrondi d'extrémitéEmplanture
âmes collage prépartationconstruction des nervures

Méthode Laurent Depetris
chapeaux de nervures

bords d'attaque

(coffrage courbes)

coffrage_droit

bord de fuite
haubansLa question des spoilers d'extrados

Entoilage
peiture
pistolet peinture

Finitions

Articulation

Spoilers trim

Générateurs de vortex
Mats de cabanes 1 ou bien celle des volets d'aile arrièreCharge alairemise en croixprofil
Attention aux insectes echancrures aile avantHousses d'ailestracé de profils 

 

Le profil d'aile du HM-293 de Rodolphe Grunberg est bien le 23112
préconisé par Yves Millien.



Plusieurs ont déjà suggéré d'utiliser sur le HM-293 le profil du 0
HM-360 (34013) supposé être un peu plus doux au décrochage.

"En vol, il y a très peu de différence. C'est a basse vitesse qu'il est plus agréable, en effet, il n'y a pas de risque d'abattée lors de la mise en descente parachutale. Seul inconvénient, lorsque l'helice dépasse au dessus de l'aile, le manche pousse fortement à la main ce qui nécessite l'installation d'un fletner. "M Jacquet".

le HM 293 de Bernard Jarril qui est doté du profil 3.40.13 du HM 360. Il donne entière satisfaction.

Les pièges à éviter

bien réfléchir avant de poser les charnières et surtout de percer . Ne pas chercher à percer à main levée (voir outil spécial)

Ne pas oublier le problème des charnières de longeron arrière avant de fermer le coffrage d'emplanture sur ce longeronBien verifier l'absence de vrillage de l'aile à chaque étape.
Bien vérifier la perpendicularité de l'emplanture avec les longerons Ne pas oublier le vernis polyuréthane à l'intérieur des longerons et surtout la mise en équi- pression des longerons avec l'extérieur  

 


Les longerons

 
Juste une petite remarque avant de commencer :

Bien entendu la symétrie des 2 ailes doit être rigoureuse. A cette fin on peut se calquer sur un longeron pour faire l'autre . personellement pour les bouts d'ailes j'ai construit le 1er longeron en laissant un flanc du longeron libre (je n'ai collé qu'une âme ) puis j'ai construit le 2eme longeron , ce qui m'a permis de recopier les cotes des entretoises , des épaisseurs etc ..

Attention quand même à ne pas se mélanger les crayons avec la symétrie.

Colle : si vous utilisez de la balcotan polyuréthane (assez liquide , protegez les zones de futur collage des coulures avec du scotch


Construction du longeron arrière de bout d'aile 

(avant ou arriere même principe)

Il sont constitués de 2 baguette 10x20 sur lesquelles sont collé du ctp 1.5. 

Le délicat est bien sûr de leur donner la forme voulue et coller avec précision le ctp.

Découper le ctp (probablement en 2 morceaux à assembler par enturage.)

tracer la forme des baguettes et retailler le ctp en laissant un petit excès en largeur . placer le ctp en le clouant par 2 ou 3 pointes sur le support.
 
 

Pré-positionner le baguettes avec des clous à travers le contreplaqué (dont on tord ensuite l'extrémité pour faciliter la mise en place de la baguette au moment du collage) , dessiner la position des baguettes sur le ctp.


 
 
puis procéder au collage du contreplaqué.

Pour mieux voir ce qu'on fait pendant le collage la solution qui consiste à coller le baguettes sur le ctp est la bonne: il faut clouer le ctp directement sur le support. 

puis encoller le ctp sur l'emplacemment des baguettes ou les baguettes avant de les placer (moins facile de ne pas se tartiner les mains de colle) ne pleurez pas la colle ça évite à avoir à pleurer quand on se met à douter de la qualité du collage.

sur le dessin ci dessus j'ai utilisé un support sur_élevé

afin de pouvoir glisser les serre joints en dessous . pour le longeron central arrière j'ai utilisé une autre méthode très simple : avec une dizzaine de baguettes de pin percées aux extrémité j'ai serré les baguettes contre le support (la table en l'occurence ci contre)

Reste les renforts en bois "dur" hêtre chêne... ..
 
C'est plus facile pour placer ces renforts en tous cas pour ces longerons arrière de bouts d'aile de les placer après l'étape ci dessus .Faire une chose à la fois je crois que ça va devenir ma devise: trop délicat pour moi d'en controler deux à la fois.

 

le dessin arrive...

Remarque relative aux renforts de contreplaqué de l'emplanture :L'idéal est de placer ces renforts le plus tard possible : en effet Au moment de la pose des charnières il faut placer des écrous "prisonniers " dans le longeron et , si ces renforts sont posés cela devient délicat . le plus tard possible pour positionner les charnières au mieux . Peut être posssible de n'installer le petit coffrage de longeron qui rend l'écrou prisonnier qu'après avoitr installé la plaquette avec les écrous sur lequels viennent se visser les vis de charnières . voir articulations.

Par ailleurs pour les parties centrales des ailes ce petit renfort posé trop tôt posera problème lors de l'instrallation des nervures

 

Longerons avant
 
 
 
Le Longeron avant du bout d'aile l'aile ,vu la présence des cloisons permet de dissocier l'assemblage des semelles de la mise en place du contreplaqué.

avant de couper les semelles il faut bien penser à une chose vraiment bête mais avec laquelle on peut se faire avoir: la longueur de la semelle qui est courbée

est nécessairement plus longue que l'autre donc la solution la plus simple consiste à tailler 10cm de plus en long,l'extrémité des semelles.puis tailler la forme des semelles à la scie en largeur , au rabot éventuellement électrique pour dégrossir puis avec un petit rabot à main (à lames de rasoir)pour affiner le profil en épaisseur comme indiqué. Attention :si les côtes d'épaisseur ne sont pas rigoureusement respectées le ceintrage tourne à la mission impossible.

Une petite animation :une méthode que j'ai essayé pour un longeron avant de bout d'aile arrière


Remarque sur la découpe de l'emplanture

Lorsque vous avez construit la structure des longerons et avant de poser les âmes , tracez sur les semelles l'emplacement précis des cloisons , particulierement les 2 renforts d'emplanture , ensuite , après la pose des âmes ceci vous permettra de trtacer l'emplacement des renforts interieurs .

Finalement tracez la forme des ferrures de part et d'autre de l'emplanture ceci vous évitera toute bévue par la suite ...

 

 

 

 

 

Cloisons de longeron
 

Cintrage mise en place des cloisons,collage:Mesurer , remesurer et re remesurer la position des cloisons.

Pour leur inclinaison en bout d'aile :au lieu de s'échiner à mesurer un angle de 2 à 6° on peut faire le constat suivant:

pour des petits angles (c'est le cas) la tangeante est très voisine de l'angle .

Remarques en vrac
 
Si l'ensemble a l'air d'être un peu voilé avant collage ,qu'il y a le moindre problème relatif au parallélisme des futurs recouvrements en contreplaqué:arreter tout et réfléchir:

les 2 semelles dont l'extrémité est trapézoidale (pas beaucoup mais quand même) sont elles montées dans le bon sens ?

les entretoises sont elles parfaitement rectangulaires...si le collage des entretoises est loupé on peut recommencer,en revanche si on a collé les âmes alors c'est fichu ,il faut tout recommencer.(ça ne m'est heureusement pas arrivé sur ce coup là mais j'ai imaginé...)


 
 
 
 
collage des entretoises: j'ai d'abord collé les entretoises puis j'ai rajouté des renforts d'angle pour solidifier le collage avant de demouler/retirer les serre joints.
Préparer les renforts de cloisons avant le collage.

En particulier cela évitera que sous l'effort de la tension du bois la cloison puisse se décoller vers l'extrémité courbée du longeron (avant la pose de âmes).

 

Les âmes

La pose des âmes est un peu délicate, et sur les bouts d'aile dont les longerons ne sont pas parallélépipédiques encore plus.

Avant de préparer les âmes, selon le résultat des cogitations d'experts ès fibres de contreplaqué et de resistance des matériaux: il est préférable de poser des âmes fibre à 45° / la verticale et en sens opposé d'une face à l'autre. cependant on gâche pas mal de ctp...

Pour eux voici ce que j'ai fait fig1 pour mieux répartir les efforts de longerons. les cales sont en polystyrène extrudé.

Pour les longerons des portions centrales d'ailes je pense m'appuyer directement sur la table.. à suivre.

 


 
 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

En réel :" on presse "


 
Pour ne pas etre gêné lors de la pose des âmes j'ai découpé celles ci un peu plus larges que le longeron mais pas trop 1.5 cm. pour ne pas me louper au moment crutial de la pose de l'âme sur les semelles et longerons tartinées de colle, j'ai posé des "dominos de positionnement lors d'un essai à blanc préalable.

juillet 2001:à propos de lasure et de petites bêtes genre termit,sur la liste foxpapa quelqu'un qui semble il savait ce dont il parlait m'a déconseillé les trucs genre xylophène ou bondex à base d'hydrocarbures qu'il s'il venait à migrer vers la zone de collage compromettrait la qualité de celui ci .

pour la suite je me contenterai d'une couche de vernis polyuréthane."light"

Par ailleurs j'ai dessiné (pour la dernière âme posée) sur l'âme la partie devant recevoir la colle.je l'ai recouvert de scotch avant de passer une lasure de manière à preserver de la lasure la partie à coller !

avant de coller cette dernière âme passage de la lasure sur l'intérieur du longeron.


 


 

Un peu perplexe sur la pose j'ai demandé à M . Michel Jacquet qui d'une Gentillesse rare m'a donné de précieux conseils et que je remercie.

que je me permettrai de citer ici plus tard s'il y consent.


 

Découpe styrodur pour renforts de bord d'attaque

Entre les nervures , pour le bord d'attaque , il est préconisé d'installer un profil en polystyrène extrudé de la forme du bord d'attaque :

Pour la découpe de ce profil 2 solutions:

le fil de 25 cm est parcouru par une intensité autour de 2 ampères sous 12 v soit à peu près 6ohms pour environ 30 cm de fil

le fil se met à rougir.. , la découpe du polystirène est impeccable. J'ai récupéré le fil résistif sur un vieux disjoncteurt thermique mais j'ai vu dans le catalogue conrad du fil résistif qui devrait faire l'affaire.

églage:en toute rigueur il faudrait un régulateur.. bof. j'ai fait glisser une des bornes du chargeur le long du fil jusqu'à obtention de la bonne longueur de fil puis j'ai construit le cadre de support.par rapport à ce dessin j'ai rajouté une barre horizontale de 20cm pour fixer le cadre avec un serre joint sur une table, et un crocher pour attacher détacher facilement le fil (pour le passer dans un trou de la table.

quelques trucs glanés ça et là sur la liste concernant cette affaire de découpe styrodur.

" J'utilise du fil inoxydable qui est généralement employé sur les avions pour "sécuriser" les ressorts d'échappement et les ridoirs. Pour que la coupe soit très régulière, un mini ventilateur qui souffle sur le fil en train de couper régularise la température et écarte les vapeurs du nez de l'opérateur. "Paul pontois..

Sous la plume de je sais plus qui une astuce qui consiste à déclencher l'alimentation du fil chaud par un contact qui s'établit au moment où on se met à pousser sur le fil , lequel vient toucher une plaque qui sert de support au polystyrène à découper.

Raymond Dugoud lui a monté le fil chaud sur une structure stype scie à bois.

un autre propose pour ajuster la longueur de fil de laisser un morceau en "spirale en dehors de la zone de tension...

un autre propose du fil à freiner inox en 0.4 mm
pour l'alim utiliser un vieux transfo 220 / 12 à 50 v assez puissant dont on peut
faire varier la puissance avec un variateur en amont...

Découper à la scie à dosseret ou au cutter le profil du bec de bord d'attaque en laissant une marge de 5mm en plus (coté intrados et extrados) mettre en place les becs et finir à la cale à râper l'ajustement en s'alignant sur le bord des nervures .

L'avantage de cette méthode c'est qu'on s'affranchit des fumées de styrodur fondu (sans doute pas aussi bien que les infusions de tilleul !)

L'inconvénient peut être est que le styrodur est rendu légèrement "plucheux " rendant plus difficile l'accroche de la colle . Pour cet aspect particulier , une fois la forme idéale obtenue , j'ai badigeonné la tranche de chaque renfort en styro avec de la résine époxy (,ou de la colle balcotan polyuréthane voir Ets Léger ou Gayon rue de la Croix Nivet à Paris)pour le durcir et Améliorer la future accroche .

Le collage de la tranche sur l'âma du longeron : la colle polyuréthane ne m'a pas entièrement satisfait : j'ai préparé un mélange pâteux époxy chargé microballons de verre , le resultat était meilleur ,complété par un joint congé sur le bord .

 


Questions de fibres
 
le sens des fibres du revêtement ctp des longerons

paroles de listier...

"je viens de vérifier, sur les plans de HM > pour les 360 et 380, donc valable aussi pour les autres > couples, fuselage, fibres verticales > pour les longerons, verticales ou mieux à 45°, sens inverses sur les 2 > faces, les fibres des 2 faces sont donc mutuellement à 90° > > "

 

 

questions d'efforts sur les charnières voir calcul ci dessous

(je n'ai aucune qualification pour tout ceci , ce calcul a juste pour but de me faire une idée des forces en jeu

et de la manière dont les formules (de M gurpont par exemple on été obtenues)
 

Proportion de charge sur l'aile avant

Soit notre aile de l0 de long et L de large, supportant 2/3 ( aile avant) de 170/(170*2+250) (proportion de la charge sur le bout d'aile de l'aile avant soit 0.28).

Supposons un hm293 de 130kg (ok?) + un bonhomme de 100Kg +30 l d'essence soit 260kg (re ok?) Notre malheureuse aile avant aura à se coltiner 2/3 de 260kg soit 173kg. 

avec le facteur de charge

Le bout d'aile quant à lui 173*0.28=48kg prenons un facteur de charge=6 soit 288kg (P0)

calcul du moment au nuveau de la charnière

Qu'arrive il au niveau de la charnière? (partie basse,le verrou).

le calcul qui suit pour rebutant qu'il soit justifie le fait que le moment appliqué au niveau de la charnière  n'est que la moitié de ce qu'il serait si toute la portance(de ce morceau d'aile) était appliquée en bout d'aile:

Soit P la charge supportée par une longueur d'aile de x . donc P=P0*S/S0 

avec P0=charge totale, S0(1.2x1.7=2.125 m² surface totale du bout d'aile soit (P0*L/S0)*x calculons la charge élementaire en une bande de surface de longueur dx (differentielle) et de largeur L dp=L*(P0/S0)*dx (dp portance élementaire sur cette bande de longueur dx. )

Le couple en O (emplacement de la charnière est de x*dp (x étant l'éloignement de la bande de surface considérée) la somme de ces couples est une intégrale définie dont l'espression est somme de 0 à P0 de x*dp soit somme de 0 à x0 de (P0/S0)* L*dx *x ce qui nous fait après integration

L*(P0/S0)( x*x/2 ) de 0 à x0 soit P0*L0/2  donc L*(P0/S0)( x0*x0/2 )

L=largeur de l'aile ,P0 charge totale, S0 surface totale, x0 longueur totale.

 


dans l'application numérique j'avais précédemment introduit une erreur que j'ai corrigé ici

:la fomule ci dessus était juste mais j'avais omis un facteur en passant au numérique :le calcul ci dessous

est corrigé

avec P0=288kg, x0=1.7m

Le couple en O:

1.25*(288/1.7*1.25)(1.7)²/2=244kg/m

posons X=force appliquée 0.15m=distance par rapport à l'axe de la charnière.

X*0.15=244 kg*m ===>X=1632 kg

La distance par rapport à l'axe de pivotement étant seulement de 0.15 m (pour le verrou)la force d'arrachement dur la ferrure /verrou d'aile sera de 244/0.15 =1632 kg ! (pour un facteur de charge 6)

differences de résultats suivant qu'on considère l'effort au niveau de la semelle ou au niveau de l'axe de la charnière .(M Lenoir a pris 0.12 )


 

Ci dessous une réaction de M Lenoir avec la formule M=q.x2/2

Remarque de M Lenoir sur la liste de diffusion pouduciel :

"Le moment de flexion a l'attache de hauban (quasiment identique a celui qui sollicite le verrou d'aile) est de la forme : M= q.x2/2 avec x etant la longueur de l'aile en porte a faux , ici 1.50 m(les arrondis d'extrémitées etant déduits). On a donc M= 189 x 1.50 x1.50 , le tout divisé par 2 = 212Kgm L'effort de compression/traction au niveau des semelles est donc de: 212 Kgm divisé par la hauteur du longeron, ici 0.12m c a d 1771 Kg ! "

M Lalevée qui a utilisé une formule de M guerpont que je ne connais pas encore trouve un resultat un peu different.(En perticulier dû au fait que la part estimée de l'aile avant serait de 75% de la charge au lieu de 2/3 de la charge totale.

Je le remercie pour toutes les infos précieuses qu'il m'a apporté:

voir son site "calculs" . quel travail que de temps il va mefalloir pour decortiquer tout cela mais c'est une petite planète..!Merci Jean Pierre Lalevée.
 
 

 


 
 
 

Montage des nervures 

  Séquencement des tâches 
 
Le sujet est délicat : Pour commencer à me faire la main j'ai choisi (mais était ce la meilleure idée ?) 

de commencer par un bout d'aile arrière.moins de nervures , plus facile de tout voir tout controler.

1er problème :la pose de la nervure d'emplanture .Compte tenu de la hauteur du longeron 140mm avec les renforts en bois dur , il faut "encastrer la nervure dans une découpe faite à la scie à dosseret. fig 1

Afin de s'assurer de la planéité de la nervure d'emplanture au cours du montage,contraindre celle ci par une planche assez épaisse sur laquelle on plaque la nervure par des serre joints ou tout autre moyen pour ne risquer aucun fléchissement ni voilage.(fig 2). (au moment d ela pose des bdf ba)

S'assurer de la perpendicularité bord avant du longeron avant /nervure emplanture.

 


 

 

fig1

par l'extrémité du longeron enfiler les autres nervures et les caler de manière à aligner parallèlement l'extrados sur la première nervure.. au fur et à mesure qu'on s'éloigne de la nervure d'emplanture , il reste de l'espace entre le bas de la nervure et le bas du longeron.Pour caler exactement la nervure j'ai re utilisé un petit truc :2 cales en biseau qui coulissent l'une sur l'autre jusqu'à obtention de l'épaisseur voulue fig 2
 

fig 2

(en fait sur le dessin ci dessus l'angle doit être encore plus aigu pour que ça s'autobloque.)

 

 

Chapeaux de nervures

les chapeaux de nervures en ctp de 1mm 

sont collés par dessus afin de mieux répartir la tention de la toile sur la nervure

PS:j'ai aussi collé des chapeaux de nervures en les fixant avec des agrafes : resultat satisfaisant mais pour les puristes ... choisir des agrafes fines de 3 ou 4mm (suffisant , nervure moins "agressée) .la colle balcotan fait très bien l'affaire pour ce travail et ce n'est pas négligeable , entre intrados et extrados il y a bien 200 mètres de collages (incroyable !)

 

Les ailes (centrales comme les bouts ) sont dotées ,en plus de la nervure d'emplanture d'une "fausse nervure de renfort " à 8cm de la nervure d'emplanture.les nervures étant en place un chapeau de ctp 1mm vient recouvrir ces 2 nervures.

 

 

Certains conseillent de poser les chapeaux après perçage et positionemment des futures articulations.

 

Attention de veiller à ce que la nervure d'emplanture vienne à raz du renfort en bois dur ,sinon galères par la suite pour l'articulation l'entoilage etc..

Une trace au cutter le long d'une règle et le débord casse en flexion

opposée à la trace , retour la langue de ctp se détache gentiment


 

Arrondi en ctp de bout d'aile:

Pour faire mon premier arrondi j'ai seulement pris une grande feuille de papier puis à partir d'une copie au papier carbone j'ai réalisé une homothétie en partant de la dimention réelle de 2 points . 

la corde de la dernière nervure passant (dans mon cas ) un ou 2 mm en dessous de l'extrémité du longeron avant , j'ai confectionné une petite pièce d'assemblage en bois(1)soigneusement poncée à la forme après collage.

Coffrage du bord d'attaque

Avant tout il faut préparer soigneusement le support du futur coffragesur son pourtour et sur sa longueur.

  • Sur le pourtour
  1. baguette frontale (doublée par rapport aux plans )*
  2. partie arrière du coffrage (baguette sur longeron ci contre)
  3. bec en styrodur intermédiaires
 voir découpe styrodur

*

 

Mise en forme du coffrage, Collage

Le coffrage est une opération délicate aussi qui demande dce la méthode (je n'en ai pas toukours eu assez )voici les constats et conseils que je donnerais
à un Novice qui me poserait des questions .

Le parties les plus difficiles sont les parties coubées de l'extrados bout d'ailes . Il faut commencer par elles avant l'intrados car avoir la possibilité de voir ce qui se passe sous le ctp , et l'abaptation parfaite aux nervures est très utile sinon indispensable .

Afin de travailler plus facilement il est pratique d'incliner un peu l'aile

Parties rectilignes

Prendre des mesures précises ou encore mieux un patron en carton.

Pour les paties droites pas de difficultés particulières , par moitié (extrados intrados)

 

Coller le contreplaqué en s'assurant d'un bon contact sur les nervures et les renforts en styrodur. (la colle en gel est la plus appropriée formant un cordon épais qui s'écrasera au moment du serrage.

Le ctp ayant du mal à suivre la courbe sur l'extrados vers le bec de bord d'attaque , je l'ai préalablement mis en forme avant de le coller

Attention, ne pas suspendre un poids trop important de serre joints :risque de fêlure du ctpau niveau de la règle de maintient .Pour ce qui est du mouillage une bade d'éponge coincée ebntre le ctp et la cornière fait assez bien , imbibée d'eau .

Collage :

tout est bon du moment que ça marche agrafes (à travers un bout de carton c'est mieux)ficelle serre joints la ou c'est possible (par exemple au Bord d'attaque pour le premier coffrage.

Pour ces collage laisser tomber la balcotant trop fluide , lui préférer la Structan (pu gel)diffusée en tre autre par Ets Léger .

extrados

réalisation du noeuddétail

(promener la souris sur l'image et clic!)

Installer un système de tension comme celui là par nervure .

jonction des plaques au niveau du bec de bord d'attaque

Intrados

(sur l'intrados la courbure est moins forte et le ctp plus facile à poser : on a interet à limiter l'exédent de ctp à la pose coté courbure . plus il est long plus le ctp aura tendance à faire des plis au niveau de la partie elliptique de l'aile)Un essayage à sec est là aussi indispensable ,mieux vaut pratiquer une petite incison sur le BA du ctp que risquer de se retrouver avec un pli lorsque la colle est étalée

Au niveau de l'emplanture ,laisser dépasser un peu la pièce de ctp qui sera ajustée à la scie à araser de préférence au cutter .

Pour la mise en place du ctp : préparer des languettes de carton ou ctp, la colle à extruder , une rafale de cordelettes "palan"
Les languettes de ctp pour répartir la traction des ficelles , et pour protéger le ctp au moment de la pose des agrafes .
Pour les ficelles c'est ma petite astuce ça a très bien marché pour les intrados j'a pas essayé pour les extrados :
des sortes de petits palans en ficelles bloqués lorsque la traction souhaitée est atteinte par une agrafe qui servira en même temps à la fixation progressive de la plaque de ctp.

Pour la partie centrale de l'aile avant les pièces de coffrages étant très longues (2.40m) afin de les placer seul du premier coup sur les baguettes
disposées sur le longeron J'ai placé une cale et j'ai juste laissé tomber la plaque de cette cale sur les baguettes enduites d'un cordon de colle
puis agrafé les plaques : séchage . Une fois sec Mise en forme humide de la courbure vers le bec de Bord d'attaque , séchage en forme ,
encollage des nervure et renforts, agrafage et mise sous pression avec des cordelettes . afin de n'avoir aucun risque de courbure indésirable il faut être sur à 100% que ce bord est collé de manière parfaitement rectiligne , sinon une courbure apparaitra qui empechera de toutes maniere un contact correct sur l'une ou l'autre des nervures.

Un conseil:
prévoir une largeur plus grande que necesssaire : si un probleme se présente (courbure indésirable ou autre empechant le coffrage de suivre les courbes de chaque nervure , on peut encore enlever le coffrage juste collé par un cordon dur le baguettes de longeron avec un simple coup de cutter puis un passage au rabot des restes de ctp.

Parties courbes:

les nervures en bout d'aile sont plus petites (homothétie ) et imposent au coffrage une surface non réglée

qui a une courbure positive répartie donc il n'est pas possible en théorie à partir d'une feuille plane non elastique
d'obtenir une telle courbure .

La courbure en un point c'est quoi ?

C'est un cône, et la courbure est égale à l'angle qu'on doit tailler dans une feuille pour obtenir un cône de cette courbure .en trichant un peu on peut admettre (et c'est bien suffisant )

que la courbure de ce bout d'aile est concentrée en quelques points .j'ai choisi 3 points un peu en arrière du bec (5à 6cm ),

et donc une entaille du bec jusqu'à ces points . afin de ne pas fragiliser le coffrage du bord d'attaque , j'ai collé ces entailles sur un renfort au niveau de ces nervures .

S'il s'avère utile de pratiquer une entaille qui n'est pas à l'aplomb d'une nervure :Placer une languette de jonction

Lorsque la pièce de coffrage est déssinée , les entailles faites , la positionner après avoir mouillé et éventuellement courbé le bord d'attaque comme montré ci dessus pour éviter des cassures sur le ctp .

Verifier surtout que la forme viendra bien en contact des nervures au moment du futur collage !. élargir un peu les fentes si necessaire .

INDISPENSABLE pour verifier la courbure et l'adaptation parfaite aux nervures du coffrage :

Faire un essai sans la colle en plaçant tous les serre joints (ou agrafes à travers du journal ).Le journal doit avoir au moins 10 épaisseurs rouler une feuille sur elle même puis aplatir ;ça va très bien .

  

 

Du journal plié , et des agrafes là ou le coffrage vient en contact avec les nervures ou reforts styrofoam.
De la ficelle pour terminer le serrage sur le bec

 

voir aussi

 


  Bord de fuite  

Le montage du bord de fuite doit se faire après l'intallation de l'arrondi en contreplaqué du bout d'aile.

Mouiller (pas forcément nécessaire) la première baguette 6*12mm la maintenir en forme sur le bord de fuite avant de la coller ,une fois sèche la coller recommencer avec la 2ème baguette .La 3eme est un peu plus délicate à poser (sur la tranche) et nécessite un maintient plus efficace *

 

Puis dessiner des goussets à poser à la jonction nervure bord de fuite sur du papier calque en place sur l'aile bord de fuite déjà monté.

le modèle des chaque gousset devant servir 8 fois 4 bouts d'aile dessous dessus ,le conserver soigneusement les modèles pour la suite

* en fait là j'ai commencé à serrer le collage sur une partie aux serre joints puis j'ai remplacé les serre joints par de la ficelle enroulée serrée ce qui maintien très bien et permet de manipuler l'aile

(10 serre joints= x Kg!), par ailleurs la où j'ai jugé la courbure trop forte j'ai mouillé 1/2 avec de l'éponge trempée avant de courber/coller .

Insertion des goussets sur le bord de fuite


 

Equipression des longerons

Qu 'est ce que c'est , pourquoi est-e si important ?les longerons une fois fermés forment des caissons d'air étanches . A l'intérieur la pression ne s'équilibrerait plus avec l'extérieur sauf si on pratique des trous (petits ) qui permettent à l'air de circuler entre l'intérieur et l'extérieur .C'est très important car dans le pire des cas la difference de pression entre l'intérieur et l'extérieur (en altitude ) pourrait provoquer l'éclatement du longeron.

 

Entoilage

Il exite des stages d'entoilage au cours desquels on vient avec la dérive à entoiler pour s'entrainer chez Diatex, à St Genis Laval (sud de Lyon). http://www.diatex.com/D.A.S/aéro/stages.html

 

 

 

 

 

La charge alaire : c'est la charge en vol au mètre carré de voilure


un exemple donné par M Jacquet :
Il s'agit du poids au m² en vol. Pour le mien c'est 156kgs+20 kgs carburant + 85 kgs pilote= 261 kgs pour 15,6 m² soit 16,73 kgs/m²

 

 

 


Lors de la construction et de la finition des morceaux d'ailes il faut déjà imaginer la toile qui viendra se tendre sur la structure .
A cette fin il ne doit pas y avoir de discontinuité sur les surfaces qui viendront en contact avec la toile . pas de trous ni de bosses sur les surfaces de contreplaqué sur les bord de fuite .
Tout ça est moins évident qu''il n'y parait . l'oeil ne voit rien mais la toile posée révèle tout .
La main voit mieux que l'oeil dans ce cas : passer la main sur les surfaces les yeux fermés . Si ça gratte accroche si le bout des doigts sent un discontinnuité ça peut s'améliorer . Evidement si on veut la oerfection ça peut prendre pas mal de temps mais déjà pour quelquechose d'acceptable . A près avoir tout contruit on peut améliorer certains petits points comme les jonctions de chgapeaux de nervures ou la surface des bord de fuite avec un mélangfe résine /microballons /silice colloidale .puis poncer , poncer .

04/2011

J'ai laissé les ailes ouvertes mais sans les verrous dans le hangar pour laisser les autres les replier plus facilment si besoin
Puis un jour en bricolant je vois une abeille ou bourdon entrer dans l'aile par le trou de 10 du verrou .
Puis reapparaitre un moment plus tard . Je sais pas ce qu'elle y faisait la dedans mais je prépère qu'elle y aille pas .
J'ai bouché avec du scotch tout en me disant : "y a il d'autres passages .. " je crois pas mais c'est à méditer quand on entoile .?